Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)

N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Parce que non, la Manche et l'Atlantique ne sont pas que des mers froides, avec du courant et sans visibilité !

Pourquoi je plonge et pourquoi je plonge en Bretagne ? ou pourquoi j'ai décidé de créer ce blog. Pour expliquer pourquoi je plonge en Bretagne et pourquoi il est tout aussi interessant de plonger en Bretagne que... en mer Rouge (par exemple :-p)

Quand je dis que je plonge en Bretagne, on me demande inévitablement :

Mais... y'a des trucs à voir en Bretagne ?


Ce à quoi je réponds, en général :

Rien, évidemment ! En plus, ça pèle, y'a du courant et une visi de m....


Je veux donc, avec ce blog, essayer de montrer tout ce qu'il y a à voir, malgrè tout, en Bretagne, les sites, la diversité de la faune, de la flore, etc. et - pourquoi pas ? - convaincre de l'intérêt de plonger également en Bretagne.

Quelques liens...

» Écocéan, pour tout savoir sur le requin-baleine

» Site d'information sur les cétacés

» Annuaire des blogs de plongée

» Latitude 27 ou le blog entre mer et désert d'une expatriée à Hurghada

-----

blogCloud

-----

paperblog member

-----

Classement de sites Webtoweb, concours gratuit
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 21:44

Dans l'élaboration de mon dictionnaire de la faune et de la flore que l'on peut contempler lorsque que l'on plonge en Bretagne, je vais m'arrêter aujourd'hui à la lettre G ; G comme Gorgone (et non pas gorgogne comme on l'entend assez souvent).

Gorgone verruqueuse (et tourteau), île de Houat, Bretagne Sud
Gorgone verruqueuse (et tourteau), île de Houat, Bretagne Sud

Les gorgones verruqueuses

Il y a de nombreuses espèces de gorgone. La plus fréquente Bretagne (Atlantique Nord et Manche) est la gorgone verruqueuse. Certe le nom n'est pas très excitant mais il illustre assez bien l'aspect de cet arbuste : des ramifications en branche pleines de petites excroissances qui ressemblent à des verrues.

Malgrè son aspect végétal, le terme d'arbuste que j'ai utilisé plus haut est, d'un point de vue biologique, tout à fait faux. Les gorgones sont en effet les cousines des alcyons. Ce sont des anthozoaires ou animal-fleur, des filtreurs passifs.

Rappel : L'eau déplace naturellement une grande quantité d'organismes. D'autres organismes, plus gros, ont décidé, pour économiser leur énergie, de s'arrimer. Ils se nourrissent en filtrant l'eau.

Comme l'alcyon, la gorgone appartient à la famille des octocoralliaires. Ce sont des coraux mous, des colonies de polypes qui se nourrissent en filtrant l'eau ; Chacun possèdant, pour cela, huit tentacules.

La gorgone, un filtreur passif

Comme je l'ai dit précédemment, les gorgones sont des colonies de polypes qui se déploient (quand il s'agit de se nourrir) et se rétractent (rapidement, quans on essaye de les toucher ou qu'on approche trop bruyamment ;-).
Les polypes sont logés dans les verrues (celles citées précédemment et qui donnent leur nom à l'espèce).

Par contre, contrairement aux alcyons, les polypes des gorgones sont plus petites, moins visibles. Cela renforce l'aspect squelettique des ramifications.

Gorgone verruqueuse blanche et alcyons rouges, Perros-Guirec, Bretagne Nord
Gorgone verruqueuse blanche et alcyons rouges, Perros-Guirec, Bretagne Nord


Les gorgones verruqueuses sont de couleur rose-saumon, jaune / orange pâle ou (plus rarement) blanche. Il est intéressant de remarquer que les gorgones verruqueuses se ramifient sur un seul plan (comme un éventail).

On les trouve assez souvent sur des tombants, perpendiculaires aux roches. De cette façon, les branches se trouvent en plein courant ; Là où l'eau est sans cesse renouvelée, la nourriture plus abondante donc et la filtration de l'eau, par les polypes, plus facile.

Les gorgones ont une croissance très lente. Environ 1 cm par an. On imagine donc assez facilement depuis combien de temps est présente une gorgone de 15, 20 ou 25 cm (ce qui n'est pas rare).
Il faut donc être très prudent. Prudent avec ses palmes, pour ne pas les briser malencontreusement. Prudent avec ses mains. Mieux vaut donc ne pas les toucher (contrairement à ce que j'ai dit plus haut) pour ne pas en briser une branche.

Pour en finir avec cette première approche des gorgones, je finirai avec quelques mots sur la Tritonia. Il s'agit en fait d'un des prédateurs des gorgones, un prédateur qui se nourrit des polypes. Il est assez difficile de voir une tritonia. Par contre, il est plus facile de repérer ses pontes. Celles-ci forment des filaments blancs, spiralés autours des branches.

En conclusion, voici un site pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la connaissance des gorgones verruqueuses.

Partager cet article

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article

commentaires