Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)

N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Parce que non, la Manche et l'Atlantique ne sont pas que des mers froides, avec du courant et sans visibilité !

Pourquoi je plonge et pourquoi je plonge en Bretagne ? ou pourquoi j'ai décidé de créer ce blog. Pour expliquer pourquoi je plonge en Bretagne et pourquoi il est tout aussi interessant de plonger en Bretagne que... en mer Rouge (par exemple :-p)

Quand je dis que je plonge en Bretagne, on me demande inévitablement :

Mais... y'a des trucs à voir en Bretagne ?


Ce à quoi je réponds, en général :

Rien, évidemment ! En plus, ça pèle, y'a du courant et une visi de m....


Je veux donc, avec ce blog, essayer de montrer tout ce qu'il y a à voir, malgrè tout, en Bretagne, les sites, la diversité de la faune, de la flore, etc. et - pourquoi pas ? - convaincre de l'intérêt de plonger également en Bretagne.

Quelques liens...

» Écocéan, pour tout savoir sur le requin-baleine

» Site d'information sur les cétacés

» Annuaire des blogs de plongée

» Latitude 27 ou le blog entre mer et désert d'une expatriée à Hurghada

-----

blogCloud

-----

paperblog member

-----

Classement de sites Webtoweb, concours gratuit
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 22:01

Pudeur ou méfiance légitime et vitale ? Quoi qu'il en soit, les oursins pratiquent avec aisance l'art du camouflage.

Ce que j'ai longtemps pris pour un malencontreux hasard du aux courants - un oursin couvert d'algues - était en fait un acte volontaire de celui-ci.

En fonction de son environnement, l'oursin se confectionne une parure destinée à le camoufler, à le rendre invisible aux yeux malintentionnés.
Voici deux récentes photos de cette - à priori - curieuse manie.

 

Un début de camouflage
Un début de camouflage

 

Un oursin... presque camouflé
Un oursin... presque camouflé

Curieuse manie, tant il est vrai qu'on a du mal à imaginer qu'un oursin - bardé de tous ses piquants - ait besoin de se cacher. On pourrait penser que sa carapace le protège suffisamment.
Mais non, comme tout animal, l'oursin a aussi ses prédateurs. Méfiance donc !

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 12:36

« Un matin à Saint-Nazaire » ou une petite galerie de 3 photos Noir & Blanc pour fêter mon arrivée dans la communauté ~ Au Fil du Temps ~.

Un matin nuageux devant le port de Saint-Nazaire. Un ciel chargé et dense comme ces quelques vues du pont et de la sculpture de l'artiste Jean-Claude Mayo en commémoration de l'abolition de l'esclavage.

 

Un matin à Saint-Nazaire
Un matin à Saint-Nazaire
Repost 0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 16:04

AVANT-PROPOS : j'ai opté, dans cet article, pour LE syngnathe plutôt que LA syngnathe. Toutefois j'ai encore un léger doute à ce sujet. Faut toutefois que je finisse de creuser la question pour en avoir la réponse définitive :)

Ce point précisé, revenons au vrai sujet de l'article : le syngnathe aiguille.
Que, ou plutôt, qui se cache derrière ce patronyme à la prononciation douteuse ?
Réponse : un poisson ; Plus précisément, un poisson cousin de l'hippocampe.

La preuve en image :

 

Portrait d'un syngnathe aiguille
Portrait d'un syngnathe aiguille


Cette bouche en trompette ne laisse effectivement que peu de doutes sur la parenté des deux animaux :D

Concrètement, et de façon un peu caricaturale, le syngnathe aiguille - ou grande aiguille de mer - est un hippocampe déroulé.
Pour mémoire, j'ai photographié, dans son intégralité et en mer Rouge, un autre parent proche : le poisson fistulaire. Cela peut donner une idée de ce à quoi ressemble le corps serpentiforme d'un syngnathe.

Par rapport à un hipoccampe, le syngnathe aiguille est plus grand. Il peut mesurer jusqu'à 50 cm.
Les deux poissons vivent dans les mêmes environnements : au milieu des algues ou dans les prairies de zostères.

N.B : une prairie de zostères est un herbier marin. Il faut se l'imaginer comme un pré de grandes herbes, sous l'eau, à faible profondeur.

Le syngnathe aiguille partage, avec les autres Syngnathidés, cette particularité unique dans le monde animal : ce sont les mâles qui accouchent de la progéniture !
En effet, les femelles déposent les œufs, après fécondation, dans une poche incubatrice que possèdent les mâles. Ils y restent jusqu'à éclosion.

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 23:35

Comme je l'ai dit dans mon précédent article, j'ai enfin pu tester mon flash déporté, le week-end dernier.

Voici le résultat de cette séance de prise de vue (une partie en tout cas).
Quelques photos de cette première ; Des photos enfin nettes, non brouillées par le reflet direct de la lumière sur les nombreuses particules en suspension... même s'il me reste encore des choses à améliorer.

Alcyon jaune avec ses polypes
Alcyon jaune avec ses polypes

 

Anémone de mer verte
Anémone de mer verte

 

Rose de mer
Rose de mer

 

Grande araignée de mer
Grande araignée de mer


J'en ai encore d'autres : des poissons, des oursins, une étoile de mer... mais je me les garde sous le coude pour des prochains articles :p

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 19:11

Ma récente visite improvisée à l'Océarium du Croisic est , une nouvelle fois, prétexte à un article.
Plus exactement, les photos suivantes ; Photos qui nous font découvrir - en gros plan - la face cachée, et donc souvent méconnue, de l'étoile de mer.

 

Bouche et pieds ambulacraires - ou podia - d'une étoile de mer
Bouche et pieds ambulacraires - ou podia - d'une étoile de mer

 


Bouche et pieds ambulacraires - ou podia - d'une étoile de mer


Quelques précisions sur l'anatomie d'une étoile et, par conséquent, sur ce que l'on voit à l'image.
Si l'étoile de mer a une face cachée, elle a aussi des fesses qui ne le sont pas... cachées. Un anus pour être exact, qui se trouve sur le dos de l'animal, sur la partie offerte aux yeux et à la vue de tous.

Si la sortie est en haut, où se trouve donc l'entrée du tuyau ?
En face, de l'autre côte, sur cette fameuse face cachée. Et c'est - notamment - la bouche que l'on voit (devine plutôt) sur les photos, au croisement des bras de l'étoile.

Cet état de fait, certes surprenant, a toutefois une explication tout à fait logique (et pratique surtout) qui découle de la manière dont l'animal se déplace.
L'étoile rampant sur le substrat, il est plus « simple » pour elle que sa bouche soit du côté où se trouve les proies - le substrat donc - plutôt que l'inverse. Ce qui aurait demandé à notre pauv' étoile une sacrée gymnastique pour se nourrir.

N.B : on peut rire de l'étoile de mer mais c'est pareil pour les oursins. Certains d'entre eux en tout cas, les oursins réguliers.

Pour le reste de ce que nous montre la photo, il s'agit des pieds ambulacraires ou podia. Puisque les cinq branches d'une étoile de mer sont bien des bras, et non pas des pieds. Ceux-ci se trouvant... sous les bras :) C'est sont les batônnets blancs que l'on voit à l'image.

Cela explique qu'une étoile qui se déplace donne l'impression de ramper (mais ce n'est qu'une impression).
Les pieds, mobiles, sont invisibles, masqués par les bras qui eux restent immobiles (normal puisque ce sont des bras).

Pour être tout à fait exact, ce que l'on voit, c'est la partie visible des pieds.
Ceux-ci sont constitués d'une ventouse (extérieure et donc visible sur les photos) et d'une ampoule (située à l'intérieur du bras). Le tout est relié à un système hydraulique assez complexe , fait des canaux aquifères, grâce auquel les pieds peuvent se mouvoir et l'étoile se déplacer.

La puissance de ce système à ventouse est tel qu'il permet à l'étoile de mer d'ouvrir des coquillages bivalves (pour les manger) ou à se déplacer sur des parois lisses et verticales (comme la vitre d'une aquarium par exemple :)

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 22:12

Mon précédent article, la dure vie d'un mou des mers, évoquait les aléas de la vie d'un concombre des mers, notamment à cause des nombreux parasites qui vivent à ses dépens.
Cependant, comme je l'évoquais, je n'avais pas de photo pour illuster mes propos.

Le mal est maintenant réparé. Je peux compléter mes écrits par ces maginifiques photos de deux espèces d'holoturie.

Holoturie ou concombre des mers, mer Rouge, Égypte

Une holoturie ou concombre des mers

Holoturie ou concombre des mers, mer Rouge, Égypte

Une deuxième espèce d'holoturie


Ces deux photos, prises en mer Rouge il y a quelques jours, m'ont été gracieusement prêtées par apolline1973, rédactrice du blog blogdeglacechoco.over-blog.org.
Je la remercie une nouvelle fois et ne peux que vous inviter à visiter son site. Vous y découvrirez, entre bien d'autres choses, de nombreuses autres photos de plongées et de voyages. Bref, plein de choses qui font envie :)

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 10:45

J'ai assisté, il y a quelques jours, à une conférence de biologie sous-marine consacrée aux échinodermes.
La soirée vit se succéder les présentations d'abord des comatules, puis des oursins, des étoiles de mer, des ophiures pour se terminer par une dernière intervention à propos des holoturies ou concombres des mers ; Qu'on pourrait tout aussi bien surnommer les droopy des mers : « I'm happy :(  » ou les calimeros des mers : « C'est trop injuste ».

En effet, sur terre ou sous les mers et océans du monde, la vie peut ne pas être qu'un long fleuve tranquille. Elle peut même être quelque peu difficile, voire ingrate. Pour certains en tout cas... dont les holoturies.
Un petit article donc... comme marque de compassion.

Les holoturies, d'un point de vue scientifique...

Les holoturies appartiennent à l'embranchement des échinodermes, des peaux d'épines (même si, ici, ces dernières ne sont pas d'une évidence flagrante).
En quelques mots, les caractéristiques principales (dont certaines sont uniques dans le monde animal), des échinodermes sont :

  1. ... Une symétrie pentaradiée (ex. : les étoiles de mers à 5 branches) ;
  2. ... Un système aquifère. Il s'agit d'un ensemble de canaux hydrauliques qui leur sert à se déplacer ;
  3. ... Pas de tête, pas de cœur, pas de système sanguin ;
  4. ... Une présence dans toutes les mers, à toutes les profondeurs, sur tous les types de fond;
  5. ... Une capacité à regénérer les organes mutilés, voire auto-mutilés (pour échapper à un prédateur par exemple. On appelle ça l'autotomie !)
Enfin, les échinodermes sont des animaux benthiques, exclusivement marins. Ils forment un groupe très ancien de 6 à 7 000 espèces actuellement dont les représentants les plus connus sont les oursins et les étoiles de mer.

Les holoturies d'un point de vue plus... concret

Je n'ai pas de photo pour illustrer cet article. Mais il est facile, grâce à son surnom de concombre, d'imaginer à quoi ressemble une holoturie : un boudin (noir de surcroît dans nos eaux bretonnes) !
Il est à noter cependant que, dans des eaux plus clémentes, leurs couleurs peuvent être plus attrayantes.

En plus de ce physique peu avantageux, l'holoturie est handicapée par une physionomie simpliste.
De façon caricaturale, une holoturie est un cylindre creux, ouvert aux deux extrémités par deux orifices dont on devine aisément la fonction.

Cette physionomie, doublée d'une vitesse de déplacement remarquablement... lente, est particulièrement favorable aux intrusions en tout genre. Ainsi l'holoturie se retrouve parasitée / squattée (de l'intérieur) par une faune nombreuse, composée notamment de petits gastéropodes qui trouvent refuge dans les canaux aquifères de l'animal.

Si ce n'était que cela. Malheureusement, certaines holoturies se font également coloniser par des poissons. Par un poisson en fait, le Fierasfer. Celui-ci, lorsqu'il est petit, pénètre dans l'holoturie, par l'orifice cloacal, en marche avant, tête la première. Il profite alors du gîte et du couvert puisqu'il se nourrit des organes internes de son hôte.
Et, quand il est plus grands, il rentre en marche arrière, ne laissant dépasser que sa tête, et profitant ainsi d'un abri chaud, confortable et peu coûteux.

N.B : Vengeance. Il existe, à l'inverse, une holoturie commensale qui vit à l'intérieur d'un poisson.

Colonisée de l'intérieur, l'holoturie l'est également à l'extérieur. Des petites crevettes notamment vivent sur son corps.

Enfin, comme si cela ne suffisait pas, les holoturies constituent - contre toute attente - un met très apprécié en Asie où elles sont menacées d'extinction.

Les moyens de défense des holoturies

Devant tant d'agresseurs (alors que paradoxalement l'holoturie ne possède que très peu de prédateurs, hormis l'homme), le concombre des mers possède néanmoins quelques moyens de défense assez efficaces.

  1. ... Tout d'abord, il peut dégager des toxines dangereuses, voire mortelles, pour la plupart des poissons et autres animaux marins;
  2. ... Ensuite, il est capable d'émettre de longs filaments - des tubes de Cuvier - très gluants qui peuvent immobiliser ses ennemis ;
  3. ... Il est aussi capable d'expulser une partie de ses organes internes (et de ses squatters par la même occasion) ;
  4. ... Enfin, l'holoturie peut s'auto-mutiler. Aïe !

Pour terminer, voici quelques liens pour ceux qui souhaitent découvrir l'holoturie en photo : Doris.ffessm.fr, blogdeglacechoco.over-blog.org

Repost 0
Published by metropolis - dans Faune et Flore
commenter cet article
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 01:38

Après mon premier annuaire des centres de plongée, voici un second annuaire thématique dans lequel je liste les sites intéressants - en tout cas, ceux que je trouve remarquables - dans leur démarche de vulgarisation et de protection du monde marin et subaquatique.

Des sites scientifiques, des sites informatifs mais également des sites traitant de l'aspect économique du sujet. Ceux qui proposent de considérer les mers et les océans comme de véritables écosystèmes et non plus comme de simples garde-mangers inépuisables.

Parce que l'on ne peut pas plonger sans avoir un minimum d'empathie pour la vie sous-marine.
Parce qu'on aime que ce que l'on connait.

 

Modifié le 22 mars 2008 ________________________________________________

Jean Cassou, reporter-photographeJEANCASSOU.COM
Un magnifique site qui met en valeur le remarquable travail photographique subaquatique de Jean Cassou, reporter photographe. Le résultat de ses nombreuses années consacrées à la découverte du monde sous-marin, à son immortalisation photographique. Du pur bohneur pour les yeux...
 

 

Modifié le 9 février 2008 ________________________________________________

Océanium, organisation environnementale OCEANIUM.ORG
Océanium est une O.N.G environnementale avec à sa tête l'ancien moniteur de plongée Haïdar El Ali. Il mène, depuis 1985, de nombreuses actions de protection de la nature au Sénégal : reboisement de palétuviers, lutte contre le trafic de bois, création d'aires maritimes protégés, sensibilisation à une gestion raisonnable des ressources de la mer... Un site web à visiter et une O.N.G à connaître et faire connaître.
 

 

Modifié le 1er septembre 2007 ________________________________________________

Expéditions et missions de l'explorateur Jean-Louis Etienne JEANLOUISETIENNE.FR
Le site de l'explorateur Jean-Louis Etienne. Biographie et présentation de ses expéditions aux pôles Nord et Sud, suivi de la Mission Banquise pour observer la régression de la banquise. Et, pour ce qui est en rapport avec mon blog, un compte-rendu, intéressant et détaillé de son expédition à Clipperton...
 

 

Créé le 30 mars 2007 _______________________________________________________

Écocean.org, recherche, éducation et conservation des requins baleines ÉCOCÉAN.ORG
Recherche, éducation et conservation des requins baleines. Il est gros, très gros, 3 fois plus gros que son terrible cousin le requin blanc mais totalement inoffensif. Brad Norman a fait du requin-baleine le sujet de ses recherches. Il nous fait partager sa passion, nous apprend comment on peut l'aider...
 

 

Information sur les cétacés : baleine, dauphin, cachalot CÉTACÉ.INFO
Site francophone d'information sur les cétacés. Baleines, dauphins, cachalots, orques et marsouins. Des photos et des vidéos pour rêver, des informations scientifiques, pour apprendre à les connaître, des forums pour en discuter...
 

 

Guide du consommateur de poisson par la WWF WWF
Le guide du consommateur de poisson. Poissons et fruits de mer ont la côte. La situation devient préoccupante. Les quantités pêchées sont inquiétantes, certaines techniques de pêche sont condamnables. Comment agir en tant que consommateur ?
 

 

Label pour les produits de la pêche respectueuse de l'environnement MSC.ORG
Marine Stewardship Council. Le MSC s’efforce de protéger les ressources mondiales de produits de la mer par la promotion du meilleur choix écologique. Ils expliquent également comment nous pouvons les aider à conserver les océans en bonne santé !
 

Repost 0
Published by metropolis - dans Sites et annuaires
commenter cet article
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 23:17

Je m'écarte un peu de l'objectif initial affiché de ce blog : faire partager mon engouement pour la plongée, particulièrement bio, et particulièrement en Bretagne.
Toutefois, en attendant les - très prochaines - premières plongées de la - très prochaine - nouvelle saison pour de - très prochaines - nouvelles photos avec mon - très prochain - nouveau flash :), j'ai souhaité, pour le moment, partager queqlues informations, glanées notamment sur le dernier numéro du magazine Chercheurs d'eau.
Quelques coups de cœur qui méritent d'être connus.

Fin des compétitions de chasse sous-marine

Une petite brève qui n'est pas pour me déplaire. Le Comité Directeur National de la FFESSM a décidé l'arrêt des compétitions de pêche sous-marine. Motif : il est maintenant inacceptable de valoriser le fait de tuer des espèces vivantes.
C'est vrai. C'est tellement mieux de les découvrir in situ, de les observer en train d'évoluer dans leur milieu naturel... qui n'est pas le notre.

Un documentaire pour la protection des requins

Sharkwater, un documentaire, visiblement impressionant et efficace, qui milite en faveur de la protection des requins aujourd'hui véritablement massacrés à travers toutes les eaux du globe.
Le vrai prédateur n'est pas forcément celui que l'on croit !

Des sites à retenir

Onplonge.com. Un site de passionnés bénévoles et professionnels. Un partage des savoirs et des expériences sous forme d'articles, de forums, de discussions, etc. Et il y en a pour tous le goûts : tek, bio, archéo, photo...

Et pour finir, deux sites pour les plongeurs bio et photographes : forum-photosub.fr, un site d'échange autour de la photographie et de l'image sous-marine et jeancassou.com, un magnifique site qui met en valeur le remarquable travail photographique subaquatique de ce reporter-photographe.

Repost 0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 21:07

La nouvelle saison de plongée approchant, et n'ayant pas d'autre projet en vue, j'ai décidé - il y a quelques temps - que mon investissement de l'année irait dans un flash sous-marin déporté ; Histoire d'en finir une fois pour toute (ou d'essayer en tout cas) avec les chefs d'œuvre de ce genre.

 

Un chef d'œuvre... de photo mal « flashée »

N.B... un flash déporté offre l'immense possibilité de pouvoir éclairer les particules en suspension dans l'eau - ainsi que, accessoirement, le sujet photograpié :) - avec un angle aussi grand que possible par rapport à l'objectif de l'appareil. Ainsi, la lumière du flash réflechie par les particules ne revient pas face à l'objectif. Ce qui permet d'éviter les superbes halos présentés ci-dessus.

Cette décision prise, me voici donc lancé dans une étude aussi poussée qu'approfondie, notamment sur les forums de plongeur.com. Il s'agit de déterminer le meilleur matériel en fonction de mon équipement photographique, à savoir un APN compact Panasonic LUMIX DMC-TZ2 et le caisson étanche DMW-MTZ3 qui va bien. En prenant en compte également mes besoins et envies de photographe ainsi que... le budget que je suis prêt à y mettre, bien entendu :)
Cet article se veut donc un retour sur cette expérience, un mémo sur mes déambulations, les conclusions auxquelles je suis arrivé ainsi que les sites qui m'ont aidé dans ma démarche... des fois que ça puisse aider d'autres plongeurs ayant les mêmes interrogations.

Étape n°1 - le choix du flash

Le Lumix TZ2, malgré toutes ses qualités, reste un APN compact. Les possibilités de contrôle manuel sont, par définition, limitées. Cependant, comme beaucoup d'appareil de cette gamme, il dispose du pré-flash pour la gestion TTL de son flash intégré.
Grâce aux très pédagogiques explications de F.P Langlois, j'en déduis rapidement qu'il me faut viser dans la gamme des flashs avec synchro TTL par fibre optique. Ceci afin de permettre à l'appareil une complète gestion de la prise de vue : lumière, ouverture et, éventuellement, sensibilité.

Dans la gamme de prix que je m'accorde, cela me restreint à deux équipement : le Inon D-2000 et le Sea&Sea YS-110 qui, hormis la synchro TTL, présentent des caractéristiques techniques très proches : nombre guide (ou vulgairement, la puissance), couverture angulaire, température de couleur, etc.

Après moult réflexions, j'opte pour le D-2000. IL offres des possibilités de contrôle et d'ajustement manuel supérieures, en complément de la gestion TTL ou en autonomie complète. Ce qui est certainement un confort supplémentaire et une option plus pérenne puisque je n'ai pas l'intention de me contenter d'un compact APN ad-vitam.

Étape n°2 - le choix du magasin

Le choix du flash fait, reste celui du magasin où acheter le matériel.

Un petit tour sur Internet me per met de trouver rapidement un pack « flash + fibre optique + bras / platine » à 600 €. Une chose cependant me taquine, particulièrement après la mise en garde de F.P Langlois. Le kit de fibre optique proposé est un kit dit universel. Je pousse donc mes recherches un peu plus loin pour essayer de trouver un produit plus spécifique à mon caisson.

Je découvre ainsi qu'Inon a développé, à partir d'une base commune, une gamme de fibres optiques adaptables sur tous les caissons grâce à un embout à chaque fois différent et spécifique. Je cherche s'il en existe un pour mon caisson. Bonne pioche avec le kit Optical D Cable/Cap W35 !

Par contre, je ne trouve ce kit en vente sur aucun magasin en ligne français. Je continue à fouiller encore un peu mais, ce coup-ci, du côté des magasins américains. Et je fait bien car, en plus de la fibre optique, je trouve mon flash à un prix très nettement inférieur au meilleur prix trouvé en France.

Une rapide simulation avec frais de port finit de me convaincre d'acheter le flash et le kit de fibre optique sur ce site américain, diversion.com en l'occurence. Pour le bras et la platine (et l'embase adaptée), je fais ça en France, divervision.com ne proposant que des équipements dédiés, donc chers. Alors que je cherche un simple bras Dyron-flex avec la platine universelle adéquate qui me semblent suffisant pour mes besoins.

Étape n°3 - ... à suivre

Je vous fais grâce des dernières contrariétés liées au seul paiement Paypal proposé sur divervision.com. Et voilà, les commandes sont faites. Le cheminement fut long et laborieux mais il en valait la peine car il me permet d'avoir un équipement - à priori - complètement adapté à mon appareil pour beaucoup moins cher que prévu.

La suite quand j'aurai reçu les colis, fait les test in situ et réalisé les premières productions.

Repost 0