Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)

N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Parce que non, la Manche et l'Atlantique ne sont pas que des mers froides, avec du courant et sans visibilité !

Pourquoi je plonge et pourquoi je plonge en Bretagne ? ou pourquoi j'ai décidé de créer ce blog. Pour expliquer pourquoi je plonge en Bretagne et pourquoi il est tout aussi interessant de plonger en Bretagne que... en mer Rouge (par exemple :-p)

Quand je dis que je plonge en Bretagne, on me demande inévitablement :

Mais... y'a des trucs à voir en Bretagne ?


Ce à quoi je réponds, en général :

Rien, évidemment ! En plus, ça pèle, y'a du courant et une visi de m....


Je veux donc, avec ce blog, essayer de montrer tout ce qu'il y a à voir, malgrè tout, en Bretagne, les sites, la diversité de la faune, de la flore, etc. et - pourquoi pas ? - convaincre de l'intérêt de plonger également en Bretagne.

Quelques liens...

» Écocéan, pour tout savoir sur le requin-baleine

» Site d'information sur les cétacés

» Annuaire des blogs de plongée

» Latitude 27 ou le blog entre mer et désert d'une expatriée à Hurghada

-----

blogCloud

-----

paperblog member

-----

Classement de sites Webtoweb, concours gratuit
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 22:47

Plonger à Saint-Jean-de-Luz, en Pays Basque ou on a plongé... sur la lune

Rascasse, Socoa / Saint-Jean-de-Luz, Atlantique Sud
Rascasse brune, Socoa / Saint-Jean-de-Luz, Atlantique Sud


La première différence qui saute aux yeux quand on plonge au large de Saint-Jean-de-Luz,c'est la limpidité de l'eau par rapport aux eaux « chargées » de la Bretagne. Du coup, on atteind les 30 / 35 m quasi sans s'en rendre compte (à l'inverse de ce que j'ai pu décrire de mon expérience de plongée dérivante par exemple). Certainement un avant-goût de ce qu'on peut ressentir lors d'une plongée - très - profonde en mer Rouge (par exemple :-). Mais ça, je n'ai pas encore testé :-(.

La seconde différence, c'est l'aspect lunaire des fonds sous-marins. Quand on à l'habitude des forêts de laminaires bretonnes, ça change... On se dit que ça fait un peu vide, qu'il manque quelque chose.

Quoi qu'il en soit, une eau claire, des roches nues, deux bonnes raisons pour profiter pleinement des scupltures sous-marines, grottes et failles, de près comme de loin. Un des premiers intérêts d'une plongée en Pays Basque.

Puis, au fur et à mesure qu'on s'approche, on commence à distinguer (forcément facilement puisqu'il n'y a rien d'autre :-), un certain nombre de poissons, juste là, posés tranquillement sur la roche. Il s'agit de rascasses, de rascasses brunes pour être exact. De celle que l'on voit sur les photos ci-dessous.

Rascasse, Socoa / Saint-Jean-de-Luz, Atlantique Sud
Rascasse brune, Socoa / Saint-Jean-de-Luz, Atlantique Sud


Un bestiaire méditerranéen

Par la suite, les plongées se poursuivent par une exploration plus approndie des scupltures pré-citées. Et, contrairement à ce que je m'attendais, j'ai eu la surprise de découvrir une faune plus méditérranéenne que bretonne (côté Manche ou côté atlantique).

Ainsi donc, en plus des rascasses, on a pu croiser des balistes, une plétore de doris dalmatiens (bien gros et bien gras, autant qu'une limace plate peut être grasse).
Le coup du spectacle, en ce qui me concerne, fut un tête à tête avec une murène ; Ma première murène. D'où une certaine... émotion, d'autant que cela n'était pas - mais alors pas du tout - prévu. Après renseignement, il m'a été dit qu'il y avait eu des murènes dans le coin, qu'elles avaient un peu disparu et qu'elles avaient tendance à vouloir revenir.

Pour être tout à fait honnète, il aurait pu y avoir un clou encore plus... clou. Un plongeur de ma palanquée a aperçu un poisson-lune en sortant d'une grotte. Malheureusement, à ce moment là je fermais la marche. Du coup, le temps que je sorte à mon tour de la grotte, le poisson s'était dèjà fait la malle. Partie remise... si j'ai de nouveau l'occasion de plonger dans ce coin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires