Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Certaines photos de ce blog (ainsi que d'autres sur des thèmes variés) sont en vente sur Fotolia (pour les francophones) et Dreamstime (pour les autres :)

N'hésitez pas, pour vos photos d'illustration, à consulter :

   . Ma galerie Fotolia
   . Ma galerie Dreamstime

Recherche

Parce que non, la Manche et l'Atlantique ne sont pas que des mers froides, avec du courant et sans visibilité !

Pourquoi je plonge et pourquoi je plonge en Bretagne ? ou pourquoi j'ai décidé de créer ce blog. Pour expliquer pourquoi je plonge en Bretagne et pourquoi il est tout aussi interessant de plonger en Bretagne que... en mer Rouge (par exemple :-p)

Quand je dis que je plonge en Bretagne, on me demande inévitablement :

Mais... y'a des trucs à voir en Bretagne ?


Ce à quoi je réponds, en général :

Rien, évidemment ! En plus, ça pèle, y'a du courant et une visi de m....


Je veux donc, avec ce blog, essayer de montrer tout ce qu'il y a à voir, malgrè tout, en Bretagne, les sites, la diversité de la faune, de la flore, etc. et - pourquoi pas ? - convaincre de l'intérêt de plonger également en Bretagne.

Quelques liens...

» Écocéan, pour tout savoir sur le requin-baleine

» Site d'information sur les cétacés

» Annuaire des blogs de plongée

» Latitude 27 ou le blog entre mer et désert d'une expatriée à Hurghada

-----

blogCloud

-----

paperblog member

-----

Classement de sites Webtoweb, concours gratuit
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 21:25

Dans un de mes premier post, Pourquoi je plonge ?, je disais qu'être en apesanteur en pleine eau, se laisser porter par le courant... tout ça fera certainement l'objet de posts futurs.

En voici un premier puisque dans la série des plongées à sensation, y'en à une qui est pas mal: il s'agit de la plongée dérivante.

La plongée dérivante : principe de base

Le principe de base d'une plongée dérivante est finalement assez simple :

» Dénicher un spot où le courant est, naturellement, intéressant ;
» Attendre le bon moment : marée haute et fort coefficient, de préférence ;
» Descendre, descendre... et descendre encore un peu ;
» Ouvrir - très - grand les yeux... et laisser faire :-D

Ma plongée dérivante

Je dis ma parce... et oui, je n'ai - pour l'instant - qu'1 dérivante à mon actif :-|

Mais, même si mes préférences vont (plutôt) aux plongées bio, plongées de découverte et d'exploration, ma première plongée dérivante trouve une bonne place au sommet du panthéon de mes sorties. Et puis, s'il s'agit de la première dérivante, il ne s'agit certainement pas de la dernière.

Pour situer le contexte, c'était au printemps dernier. Eau plutôt  fraîche et plutôt trouble. Bref, en gros, ça pelait et on y voyait carrément - mais vraiment carrément - rien. Et tout ça, pendant ma formation N3.

Pas grand chose à retenir des premières minutes de descente. Quoi que ! Descendre une trentaine de mètres dans une obscurité absolument totale, c'est finalement une expérience inoubliable par certains côtés. Pas de repères visuels. Juste des sensations de mouvements, de vitesse... un bon exercice de maîtrise de soi.
Mais,
néanmoins, l'essentiel de cette descente se passe les yeux rivés alternativement sur le profondimètre (pour être sûr qu'on descend bien, sait-on jamais ? et puis pour gérer quand même un minimum cette chute) et sur le faisceau du phare scrutant désespérement le grand bleu très foncé à la recherche du fond (pour se rassurer un peu - quand même - et pour s'arrêter à temps et éviter de s'éclater les genoux sur les roches).

Par contre, quand on commence à apercevoir le fond, on se rend compte que les premiers sentiments de vitesse éprouvés pendant la descente étaient très largement en-deça de la réalité. Tout défile à fond, à fond, à fond. Et la, ça devient du pur bonheur. Quelque chose entre le grand huit, un tambour de machine à laver et un grand toboggan.

Un seul mot d'ordre : ouvrir grand les yeux à quelques centimètres du fond (pas trop quand même pour ne pas laisser son dentier sur la roche :-) Sensations garanties !
Ouvrir grand les yeux pour ne pas en perdre une miette. Pour maîtriser autant que possible son équilibre. C'est un jeu assez dur mais assez finalement assez drôle. Pour, enfin, ne pas perdre de vue son ordinateur de plongée. Parce qu'à plus de 30 m, faut quand même pas oublier de remonter à temps. Même quand on aimerait que ça dure plus longtemps.

15 minutes plus tard et quelques centaines de mètres plus loin, remontée au parachute pour que le bateau nous récupère. Quelque peu essoufflé, un peu vidé mais la banane jusqu'aux oreilles !

Conclusion : pour en revenir au prétexte de mon blog : Pourquoi je plonge en Bretagne ?, éh bien, j'aime aussi plonger en Bretagne car y'a un spot assez efficace  pour y faire des dérivantes: le Golfe du Morbihan :-p

Partager cet article

Repost 0

commentaires